Caritas exige une politique active de lutte contre la pauvreté

Le Programme national de prévention et de lutte contre la pauvreté s’achève fin 2018. Bien que le rapport final du programme relève la nécessité urgente d’agir, le Conseil fédéral veut renoncer à mener une politique active de lutte contre la pauvreté et laisser la responsabilité aux cantons. Il s’agit d’une régression, a critiqué Caritas Suisse lors d'une conférence de presse, exigeant des objectifs contraignants au niveau fédéral.

Afin de réduire la pauvreté des familles et des enfants, il est nécessaire d’introduire dans toute la Suisse de prestations complémentaires pour les familles Des offres gratuites de prise en charge extrafamiliales et parascolaires doivent être mises à disposition des familles pauvres. La politique de formation constitue également un élément central. Des mesures de formation de rattrapage et de formation continue à l’attention des travailleurs peu qualifiés permettraient en particulier de lutter contre le chômage et la pauvreté.

Caritas souligne également que la Confédération doit prendre le leadership de la politique de lutte contre la pauvreté et mettre à disposition les ressources nécessaires. L’aide sociale ne peut pas résoudre les problèmes structurels.

Communiqué de presse de la Caritas

Prise de position de la Caritas